Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte libre

          

  
« En conjuguant nos talents,
  
nous gagnerons demain !! » 

 
Les 8 bonnes habitudes de COVEY 
1- Soyez proactif plutôt que réactif !
2- Sachez où vous allez. 
3- Donnez la priorité aux priorités ! 
4- Pensez gagnant-gagnant. 
5- Cherchez à comprendre plutôt qu’à être compris. 
6- Développez la synergie. 
7- Cultivez et aiguisez en permanence ces facultés ! 
8- Trouvez votre voie et aidez les autres à trouver la leur. 
   

Texte libre

L'esprit "réseau rando" : un bon moyen pour se connaitre, réfléchir, partager...

Al Gore
envoyé par Joffre66

Soyons sérieux, mais ne nous prenons pas au sérieux !  

 
Recommandation de Marthe ROBIN :
"Soyez saints, allez vers les autres, mais ne quittez jamais la prière, quel que soit votre travail."
Trouble est vain
Peur est vaine
Tout passe
Dieu ne change point
La Patience 
Tout Obtient
Qui a Dieu
Rien le lui manque
Dieu seul suffit !
Sainte Thérèse d'Avila
27 novembre 2008 4 27 /11 /novembre /2008 09:14

S’il n’a pas adhéré à un centre de gestion agréé, un commerçant est libre de refuser les paiements par chèque ou de ne les accepter qu’à partir d’un certain montant.

Un commerçant peut-il refuser un paiement par chèque ? C’est une question récurrente, sans doute en raison du nombre important d’impayés et des frais de gestion inhérents à ce moyen de paiement, et à laquelle les pouvoirs publics ont déjà répondu à plusieurs reprises : oui, un commerçant peut refuser un paiement par chèque ou ne l’accepter qu’à partir d’un montant minimal. La pratique impose qu’il en informe préalablement sa clientèle, notamment par le biais de petites affichettes, bien visibles dans son magasin, sur lesquelles est inscrite la mention « chèques acceptés à partir de… € ».

Toutefois, les commerçants qui sont adhérents à un centre de gestion agréé sont tenus d’accepter les paiements par chèque.


À savoir : ils peuvent néanmoins les refuser lorsqu’il est d’usage pour certains achats de payer en espèces (articles de faible valeur comme le pain, un paquet de cigarette, quelques articles d’épicerie…), ou lorsqu’une réglementation professionnelle l’impose (PMU, loto…), ou quand les frais d’encaissement du chèque sont disproportionnés par rapport au montant de la transaction.

Rép. Min. n°6408, JOAN du 7 octobre 2008

Information sur l'actualité comptable : http://www.lesclesdelinfo.com/comptabilite.php

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

saint françois de sales 27/11/2008 09:24

Merci beaucoup!